Chaque fois que nous entreprenons un nouveau changement dans nos vies, que ce soit pour commencer un nouvel emploi, créer une affaire, créer une nouvelle habitude ou prendre un nouveau départ, nous nous racontons une histoire à ce sujet.

Nous sommes le héros de notre histoire. Malheureusement, ce n’est généralement pas une très bonne histoire. Cela implique que le héros ne croit pas qu’il ou elle peut y arriver. Nous voulons abandonner et céder à la facilité.

Imaginez si les grandes histoires de tous les temps ressemblaient à nos histoires :

Harry Potter ne combattrait pas Voldemort parce que c’est trop dur et de toute façon, il s’éclaterait plus en jouant à des jeux vidéos ou en regardant sorcier-tv.

– Ulysse dans l’odyssée décide de ne pas faire le voyage de retour à la maison parce qu’il se connaît bien et qu’il va juste abandonner. Et puis l’appel de la sirène Facebook / YouTube est trop fort !?

– Luke Skywalker ne part à la recherche du droide R2D2 dans le désert de Tatooine. C’est trop loin pour lui et il préfère aller faire des courses de landspeeder avec ses copains.

– Frodon retourne dans la Comté plutôt que de transporter l’anneau unique jusqu’à la montagne du destin. Il estime qu’il n’est pas assez discipliné pour ca et il n’a pas le courage d’accomplir quelque chose d’aussi long.

Ce serait des histoires plutôt nulles, n’est-ce pas ?

L’histoire que nous nous racontons va dans ce sens. Elles sont différentes pour chacun d’entre nous. Mais si nous ne réussissons pas dans nos projets, c’est probablement parce que nous nous racontons la mauvaise histoire.

Essayez dés maintenant : pensez à un changement d’habitude que vous essayez de faire ou que vous avez essayé mais qui a échoué dans un passé récent. Peut-être faire de l’exercice, pratiquer la méditation, l’écriture, vaincre la procrastination, devenir plus calme, gérer votre stress, etc…

Maintenant, pensez à l’histoire que vous vous êtes raconté à vous-même à propos de vous-même. Quelle image avez-vous vu dans votre tête de vous-même ? Était-ce un héros courageux triomphant de toutes parts, ne pouvant jamais être dissuadé par les forces que lui oppose l’univers tout entier ? Ou était-ce un caractère ordinaire qui aurait probablement cédé aux chips et à Netflix quand les choses se sont compliquées ?

Peut-être que vous ne pouvez pas entendre l’histoire que vous vous êtes raconté à vous-même. Au lieu de cela, essayez de sentir vos sentiments dans votre cœur quand vous essayez de conquérir une nouvelle habitude positive ou un changement dans votre vie. Ressentez-vous des doutes, de l’anxiété, de la peur ? Ou votre coeur est-il plein de joie, de triomphe, de bienveillance ? La chanson que vous vous chantez à vous-même (inconsciemment) vient de ce ressenti. Cette chanson, c’est l’histoire que vous raconte votre coeur.

Nous échouons à cause de cette histoire. Elle se trouve sur notre chemin et plus réelle encore que la réalité à laquelle nous sommes confrontés. Quand les choses deviennent difficiles, on se dit : c’est bon, je peux arrêter. Ca n’a pas d’importance. Je le ferai la prochaine fois.

On n’est pas assez discipliné, on laisse filer. On estime que l’on ne peut pas le faire. C’est Trop dur. Ce serait bien de faire une pause, la vie est trop courte pour lutter. Nous méritons de nous divertir, juste une fois ce n’est pas grave. Nous allons échouer mais c’est mieux d’échouer tranquillement. Nous ne ressentons pas le truc en ce moment, n’y pensons plus…

Alors que pouvons-nous faire si notre histoire travaille contre nous ?

Changez cette fichue histoire !!!

Ou bien laissez tomber l’histoire. Il faut vous rendre compte que sans histoire vous racontant que vous ne pouvez pas y arriver ou que vous ne devez pas faire quelque chose : il y a juste la réalité physique du monde autour de vous et pas de héros. Juste vous et ce moment et c’est un bon moment, le meilleur moment même sans aucune distraction provenant d’une histoire.

Mais le mieux, c’est de créer une chanson dans laquelle vous êtes le héros épique de vos rêves. Chantez cette chanson chaque jour et soyez fier d’elle. Allez au delà du rêve, luttez contre les forces de la distraction et le doute de soi.

Levez-vous chaque jour pour être votre meilleur moi. Vous êtes l’auteur de votre histoire, le compositeur de votre chanson et chaque instant est une chance de la réécrire. Un nouveau projet prêt à être conçu dans quelque chose de mieux.

C’est une histoire que vous vous dites. Ce n’est pas réel, mais elle a un énorme pouvoir d’influence sur vos sentiments concernant votre projet et sur les actions à entreprendre. Vous avez une histoire positive et elle vous motive à prendre des mesures en conséquences.

Cela ne veut pas dire que vous devez avoir que des pensées positives ou que vous devez ignorer le négatif. C’est d’ailleurs impossible ! Mais si votre histoire balance plus du coté positif que négatif, vous serez plus tenace. Vous serez en mesure de gérer les choses négatives avec fermeté parce que vous aurez un sentiment positif sur le changement à réaliser.

Et cela fera toute la différence car non seulement vous apprécierez de vous coller à la tâche mais aussi d’y rester plus longtemps. Vous apprécierez encore plus à chaque fois ce que vous faites.

(Inspiré par Leo Babauta)

J’aime observer le chat du voisin quand il passe dans notre jardin. C’est une demoizelle toute féline, elle s’appelle Bagheera.

Elle se prend d’ailleurs pour une panthère. Elle s’approche à pas feutré d’un insecte ou d’un petit lézard qui s’agite dans les buissons. Et d’un coup, elle bondit et attaque !

Vous savez que les chats ne pensent pas à ce qu’ils ont mangé au petit déjeuner ni sur quel endroit de la maison faire leurs griffes, ni quel rideau doit être déchiré en lambeaux plus tard dans la journée.

Les chats tout comme la plupart des animaux sont complètement dans le moment présent.

Ils sont aussi très doués pour ne rien faire.

Si vous voulez vous relaxer, pensez à la façon dont un chat se couche et se met à l’aise.

Un aspect important de ne rien faire est de pouvoir se détendre complètement. Si vous êtes tendus, tout l’art de ne rien faire consiste vraiment à ne rien faire.

Ce moment de détente commence par trouver un endroit confortable : une chaise douce, un canapé moelleux, un lit bien fait ou encore allongé dans l’herbe sur une couverture.

Une fois que vous avez trouvé cet endroit, couchez vous dessus et remuez pour qu’il soit bien adapté à votre corps.

La comparaison avec les chats s’arrête la car vous n’atteindrez jamais leur niveau de maîtrise dans ce domaine.

Mais ils sont une très grande source d’inspiration.

Pour vous aider, voici un autre point dans votre quête de la maîtrise de cet art. Il s’agit de votre respiration.

Si cela ressemble étrangement à de la méditation, et bien, sortez ces soupçons de votre esprit. Vous n’êtes pas ici pour avoir des soupçons… Vous êtes ici pour ne rien faire !

Commencez par respirer lentement puis plus lentement encore. Maintenant, surveillez avec attention votre souffle quand il entre dans votre corps, par le nez, descendre dans vos poumons et remplir vos poumons.

Ensuite, sentez ce souffle sortir de votre corps, par le nez et ressentez la satisfaction de votre corps.

Faites cela pendant 5-10 minutes si vous le pouvez. Pratiquez quand vous le pouvez.

Quand vous commencez à penser à d’autres choses, comme la page Facebook Méditation Bienveillante, et bien, arrêtez ça immédiatement ! Ne rigolez pas mais ramenez vos pensées à votre respiration à chaque fois que nécessaire.

Et n’oubliez pas : soyez comme un chat !

(Inspiré par Leo Babauta)

Pour la plupart d’entre nous, le but suprême de la vie est le bonheur.

On peut le rechercher en s’épanouissant dans son travail, dans les relations sociales ou dans les hobbies qui nous passionnent.

Mais la recherche du bonheur peut être une quête interminable et fatigante !

Surtout si nous considérons le bonheur comme quelque chose qui arrivera quand nous aurons atteint certains de nos objectifs. Vous savez : avoir une belle maison, un conjoint parfait, des vacances de rêves, la promotion de l’année ou le job ultime.

Le bonheur ne devrait pas être quelque chose qui arrivera un jour, dans un futur incertain et seulement si les choses vont bien.

Être heureux devrait être ici et maintenant, quelque soit la personne que nous sommes maintenant avec les personnes que nous fréquentons maintenant ou faisant les choses que nous faisons maintenant.

Et si les personnes avec qui nous sommes ne nous rendent pas heureux, alors ne les laissons pas nous gâcher la vie. Ne leur donnons pas l’autorisation ni l’occasion de troubler notre bien-être.

C’est la formule simple pour le bonheur. Agissez pour faire les choses qui vous rendent heureux, avec les personnes qui vous rendent heureux et avec la personne que vous êtes maintenant.

Voici comment mettre en pratique :

Avec ces cinq actions que vous pouvez engager tout de suite. Vous n’avez pas à les faire toutes en même temps, mais vous devriez en faire la plupart (sinon la totalité), et le plus tôt sera le mieux.

Choisissez-en une et commencez dés aujourd’hui.

1/ Etre positif (encore ce truc me direz-vous ! Pas si sur…)

L’optimisme est une condition primordiale au bonheur. Cela dépend quand même de l’histoire et du vécu de chacun. Et tout le monde n’est pas prédisposé à l’optimisme. Etre positif ne relève pas de la volonté. Il est inutile que je vous dise de « voir le bon côté des choses ! » si cela ne vous correspond pas.

Seul un travail sur soi  permet de changer d’état d’esprit dans le cas ou vous ne voyez que le verre à moitié vide (le côté négatif).

La vie de chacun a des aspects positifs et négatifs. Que vous soyez heureux ou non dépend en grande partie des aspects sur lesquels vous vous concentrez.

Quand j’ai perdu mon père spirituel en 2011, j’étais effondré. Il est mort à 60 ans d’un cancer du poumon.

Je n’arrêtais pas de ressasser en boucle : « Pourquoi es-tu parti si tôt ? On avait encore tant de choses à partager, tu devais m’apprendre plein d’autres trucs, etc…  »

Mais à un moment, plus lucide que les autres, je me suis senti heureux. Oui ! Dans le chagrin, derrière les nuages, le soleil continue de briller.

Je me suis souvenu d’être allé le voir quelques mois avant sa mort. J’étais allé à Disneyland Paris avec ma femme et mes enfants et je n’ai pas pu louper l’occasion d’aller lui rendre une petite visite. En plus des 7h de route pour aller « chez Mickey », j’ai laissé le lendemain ma petite famille pour la journée et j’ai fait 3h de trajet pour aller dans l’Eure en traversant toute la région île de France.

J’ai pu voir mon ami très affaibli avec son tuyau dans le nez branché sur sa bouteille d’oxygène. Mais ce jour la, je n’avais pas l’intention d’être triste. Je n’ai vu que le verre à moitié plein et la chance que j’avais d’être avec cet homme qui m’a tant apporté et qui appréciait ma compagnie liée d’une amitié de 33 ans, l’ayant connu à l’âge de 7 ans.

Nous avons passé les quelques heures ensemble à rigoler de tout et de rien. Il m’a parlé des projets qu’il avait sur sa maison, des séances de chimio plus fatigantes les unes que les autres, d’une nouvelle molécule à laquelle il aurait peut être droit s’il était sage… J’ai parlé de ma petite famille, de mon job. Et puis je suis rentré et j’ai gardé avec moi son sourire et ses éclats de rire.

A sa mort, j’étais donc heureux d’avoir pu passé un peu de temps avec lui. D’avoir vécu de bons moments ensemble. Que sa souffrance soit terminée. Et cela m’a rappelé de passer plus de temps avec les gens que j’aime tant qu’ils sont encore en vie.

Etre positif, c’est être proactif. C’est ouvrir un espace de questionnement sur soi pour connaître ce qui peut augmenter notre sentiment de bien-être.

Dans tous les cas, essayer d’être positif et heureux revient à déployer une forme d’attention et de tendresse envers soi qui s’étendra ensuite aux autres.

2/ Etre dans le don

Utiliser une partie de votre temps pour faire du bénévolat, pour écouter, pour aider les personnes de votre entourage qui en ont besoin.

Acheter de la nourriture pour une personne sans-abri. L’argent peut être une mauvaise idée si c’est mal utilisé mais acheter un sandwich et des fruits ou quelque chose comme ça est un bon geste. Pensez à être respectueux et amical avec la personne.

Donnez quelque chose que vous n’utilisez plus. Il y a plein d’associations qui redonnent une seconde vie aux objets et vous désencombrerez votre intérieur.

Envoyer un email ou un message sms bienveillant. Ecrivez juste quelques mots pour dire à quelqu’un combien vous l’appréciez, que vous êtes heureux de faire partie de son entourage ou juste pour dire merci pour quelque chose que cette personne a faite pour vous ou que vous avez fait ensemble.

Souriez et soyez amical. Parfois, une simple petite chose comme celle-ci peut redonner le sourire à quelqu’un et rendre sa journée un peu meilleure. Cette personne pourrait ensuite faire la même chose pour les autres.

Attention au piège qui consiste à combler uniquement vos failles narcissiques. Pour donner de manière altruiste, vous devez prendre soin de vous en premier avec bienveillance et sans vous juger. Si vous avez une mauvaise estime de vous, c’est très difficile de respecter la diversité des autres et de donner avec satisfaction.

L’ouverture aux autres est gratifiante dans les deux sens lorsque l’on s’est d’abord ouvert à soi-même.

3/ Faire une pause

Faire une pause, ce n’est pas faire une coupure, déconnecter ou débrancher comme on l’entend trop souvent.

Faire une pause est bien plus subtil qu’il n’y parait et de fait bien plus difficile que ca en a l’air.

Vous devez vous aménager un espace, une bulle pour ne pas vous laisser submerger par le stress et envahir par les autres.

Se mettre en pause, c’est se mettre en veille pour recréer une forme d’intériorité qui n’est pas seulement de l’ordre de la détente ou de la relaxation.

Il s’agit alors de retrouver son être intérieur, sa nature véritable. C’est un phénomène actif qui peut se faire de différentes manières.

Par le jardinage, la pratique d’un art, du coloriage, du DIY (do it yourself) : des petites créations a faire soi-même. Mais encore par la méditation, la rêverie, l’observation de ses sensations corporelles, de ses émotions ou de ses pensées.

Profitez également de ces moments de pause pour cultiver votre présence ici et maintenant.

Ne pensez pas à la façon dont les choses vont se passer dans le futur et ne vous attardez pas sur ce qui est arrivé ou non dans le passé. Soyez seulement présent sans jugement.

Apprenez à être dans l’ici et maintenant et expérimentez la vie comme elle vient. Tâchez d’apprécier le monde pour sa beauté du moment. La pratique de l’instant présent est une compétence cruciale pour être heureux.

Pour ne pas rater l’essentiel, il faut aménager son rythme interne et accepter de rompre le mouvement frénétique du quotidien.

Rien ne sert de courir après la dernière série tv à la mode ou les nombreux divertissements. Pour ne pas vivre trop longtemps « en dehors de soi », il faut se donner régulièrement la possibilité d’Être au lieu de Faire.

4/ Être reconnaissant / Avoir de la gratitude

Apprendre à être reconnaissant pour ce qui est dans nos vies ou pour les personnes qui ont enrichi nos vies nous aide à apprécier ce que nous avons, ce que nous avons reçu et les personnes qui nous ont aidés.

A la fin d’une séance de méditation, alors que je suis assis les yeux fermés, sans distractions, je pense à ce dont je suis reconnaissant et à qui je suis reconnaissant.

Je ne le fais pas tous les jours, mais laissez-moi vous dire, les jours où je le fais, ça me rend très heureux.

Pourquoi le simple fait de penser à qui et à ce pour quoi vous avez de la gratitude fait-il une si grande différence dans votre vie ?

  • Parce que cela vous rappelle les choses positives dans votre vie.

Cela vous rend heureux au sujet des gens dans votre vie. Que se soient des personnes aimées ou un simple étranger que vous avez rencontré et qui a été gentil avec vous à certains égards.

  • Parce que cela transforme de mauvaises choses en de bonnes choses.

Vous avez des problèmes au travail ? Soyez reconnaissant d’avoir du travail et appréciez d’avoir des défis. Cela rend la vie moins ennuyeuse. Remerciez de pouvoir progresser et de pouvoir apprendre grâce à ces défis. Soyez reconnaissants d’être une personne plus forte grâce à ces défis.

  • Parce que cela vous rappelle ce qui est important.

Il est difficile de se plaindre des petites choses quand vous dites merci de voir vos enfants en vie et en bonne santé.

Il est difficile d’être stressé de payer ses factures lorsque vous êtes reconnaissant d’avoir un toit sur votre tête.

  • Parce que cela vous rappelle de remercier les autres.

Le simple fait de dire « merci » à quelqu’un peut faire une grande différence dans la vie de cette personne. Appelez cette personne au téléphone. Ecrivez-lui un courrier électronique. Encore une fois, un simple sms peut suffire…

Il suffit de prendre une minute de votre vie pour lui dire pourquoi vous lui êtes reconnaissant.

Les gens aiment être appréciés pour ce qu’ils sont et ce qu’ils font. Cela ne vous coûte rien de rendre quelqu’un d’autre heureux.

Et rendre quelqu’un d’heureux vous rendra heureux.

5/ Méditez

Vous n’avez pas besoin de rejoindre un dojo japonais ou un temple tibétain ni d’acheter un tapis ou apprendre la position du lotus pour débuter.

Commencez avec la forme de méditation la plus simple. Cela vous aidera à être présent et à débarrasser les éléments les plus négatifs de votre esprit.

Vous pouvez le faire maintenant : fermez les yeux et essayez simplement de vous concentrer sur votre respiration le plus longtemps possible. Prêtez attention à l’air lorsqu’il entre dans votre corps puis quand il ressort. C’est tout !

Lorsque vous sentez que votre esprit commence à se disperser, ne vous inquiétez pas, c’est normal !  Reconnaissez simplement ce phénomène, ne jugez rien puis revenez à votre respiration.

Faites cet exercice un peu chaque jour et vous vous améliorerez.

« Si vous voulez être heureux, soyez-le ! » – Leon Tolstoï

Le passé est mort !

Nous luttons continuellement avec le passé et de toutes les manières possibles.

  • Nous avons commis des erreurs que nous regrettons et qui nous font nous sentir mal vis-à-vis de nous-même.
  • Nous sommes toujours en colère à cause de quelque chose que quelqu’un nous a fait il y a bien longtemps ou tout juste une heure.
  • Nous sommes frustrés sur la façon dont les choses ont évolué jusqu’à maintenant.
  • Nous aurions souhaiter que les choses se soient passées différemment.
  • Nous ravivons des histoires qui nous sont arrivées et qui nous rendent triste, déprimé, contrarié.
  • Nous avons dû faire des choix bons ou mauvais qui ne cessent de tourner dans nos tètes.

Et si nous pouvions laisser le passé dans le passé ?

Si nous pouvions tout simplement laisser aller les choses qui se sont passées et être présent avec la réalité du moment à la place ?

Qu’est-ce qui nous permettrait de voir que notre attachement au passé nous blesse actuellement et de voir comme un acte de bienveillance de ne plus nous faire souffrir inutilement?

Si vous êtes du genre à ressasser le passé, à regarder trop souvent en arrière, vous pouvez mettre fin à cette torture mentale même si ce n’est pas toujours facile.

On vous dit toujours qu’il faut laisser tomber, qu’il faut lâcher prise mais on ne vous dit jamais comment y arriver.

Voici quelques pistes pour vous décharger du passé et vivre plus sereinement :

1/ Faites un constat

Quand cela arrive, constater et noter mentalement (écrivez si vous en ressentez le besoin) ce qui remonte de votre passé. Observez quel malaise ou quelle difficulté cela provoque en vous.

Ressentez-vous de la colère, de la frustration, de la déception, du regret, de la tristesse ou bien de la souffrance ?

Notez bien ce sentiment et remarquez que ce que vous ressentez est causé par l’histoire que vous avez dans votre tête à propos de ce qui s’est déjà passé (récemment ou dans un passé plus lointain).

Vous pourriez vous dire que la difficulté ou la douleur est causée par ce qui est arrivé dans le passé et non par l’histoire dans votre tête. Pourtant ce qui est arrivé ne se produit pas en cet instant. Mais c’est parti. La douleur se produit à nouveau en ce moment, causée uniquement par l’histoire que vous avez de l’ancienne situation.

Il ne s’agit pas de juger l’histoire que vous avez dans la tête. Si elle fausse ou si elle vraie. Cela n’a pas d’importance si c’est bien ou mal.

Comprenez que c’est juste un processus qui se passe dans votre tête :

  • Vous vous souvenez de ce qui est arrivé.
  • Vous avez un point de vue sur ce qui s’est passé, un jugement, une façon de voir les choses qui vous a crée un désagrément.
  • Cela provoque une émotion en vous.
  • Alors remarquez juste l’histoire dans votre tête, sans jugement de l’histoire ou de vous-même. C’est un processus normal. Notez simplement que c’est là. Et voyez que cela vous cause du désagrément, des difficultés, de la frustration ou de la douleur.

2/ Ressentez la sensation physique

Ensuite, passez de l’histoire dans votre tête au ressenti dans votre corps. Prêtez attention aux sensations que cela provoque en vous. Il peut s’agir d’une sensation d’oppression dans la poitrine, d’un vide intérieur, de votre sang qui bout dans vos veines, d’une énergie qui irradie, d’une boule dans la gorge, etc…

Maintenant, faites face à cette sensation physique avec courage. Habituellement nous essayons d’esquiver ce genre d’initiative. Mettez de côté l’histoire dans votre tête et porter toute votre attention sur ce que vous éprouvez dans le corps.

Observez, explorez avec curiosité : qu’est-ce que ça fait ? Ou se situe cette sensation ? Est-ce qu’elle varie en intensité ou peut être qu’elle change ?

Si cela devient insupportable, pratiquez modérément. N’insistez pas si vous êtes vraiment mal à l’aise. La sensation peut devenir très intense si les émotions du passé l’étaient aussi. Dans ce cas, arrêtez l’exercice et recommencez dés que vous le pouvez avec un autre événement.

Dans la plupart des cas, vous verrez bien que ce n’est pas la fin du monde, vous êtes capable de le supporter. C’est juste un peu désagréable mais il n’y a pas de quoi paniquer.

Continuez d’observer calmement vos sensations. Accueillez-les comme si vous étiez de bons amis.  Soyez doux et amical. Vous devenez à l’aise avec l’inconfort. Vous avez fait preuve d’audace et cela vous a mis sur le chemin de la bravoure.

3/ Respirez, lâcher prise

Vous avez constater ce qui vous arrive.

Vous observez votre réaction, les émotions que cela provoque en vous.

Maintenant, faites ce simple exercice :

Fermez les yeux si vous le souhaitez et respirez un bon coup en inspirant fortement par le nez.

Expirez lentement en profondeur et en même temps, dites-vous mentalement que « C’est ok ! ».

Continuez de respirer calmement par le nez.

Si vous en sentez le besoin, sur l’expiration dites-vous encore mentalement « c’est ok ! ».

Soyez dans le ressenti sans aucun jugement. Observez seulement votre corps et votre esprit s’apaiser.

A ce moment-là, vous constaterez que tout va bien.

Vous êtes pleinement présent.

Simplement respirez…

Cet exercice ne vous prendra que quelques dizaines de secondes, une ou deux minutes tout au plus.

Vous pouvez le faire tous les jours et plusieurs fois par jour si besoin. Au lieu de vous faire submerger par les émotions du passé, vous les embrassez, vous les absorbez pour mieux les laisser aller. Vous désencombrez votre vie présente.

Avant de reprendre le cours de votre existence, il vous reste une chose à faire.

Maintenant que vous avez lâcher prise, au lieu de vous faire prendre à nouveau dans votre histoire du passé, portez toute votre attention sur ce qui se passe ici et maintenant.

Ayez de la gratitude et soyez bienveillant envers vous-même. Appréciez qui vous êtes et ce qui vous entoure.

Pourquoi est-ce si important d’accomplir ce dernier geste ?

Parce que quand nous tournons en boucle sur quelque chose qui est arrivé dans le passé, nous ne prêtons plus attention à ce qui se passe immédiatement. Nous ne sommes pas capable d’apprécier chaque instant qui nous sont offerts. Nous ne pouvons pas car notre esprit est rempli du passé.

Et quand nous commençons à laisser filer le passé, à nous en défaire, nous vidons notre esprit, nous faisons de la place et cela permet de le remplir de tous les moments présents.

Nous devons donc nous tourner vers le présent et éprouver de la gratitude pour ce qui est ici et maintenant au lieu de s’inquiéter pour ce qui n’y est pas.

En faisant cela, vous transformez votre lutte en un moment de joie.