L’acceptation dans le moment présent

L’une des plus grandes sources de malheur est la difficulté que nous avons à accepter les choses telles qu’elles sont.

Sans jugement et sans vouloir sans arrêt que tout soit autrement.

Quand nous sommes face à quelque chose que nous n’aimons pas, nous souhaitons que ça puisse être différent.

Nous réclamons, exigeons même parfois, quelque chose d’autre…

Quelque chose de mieux selon nos propres critères.

C’est peut-être la nature humaine qui est comme ça.

Ou c’est peut-être un phénomène qui est ancré dans notre culture.

La racine de notre souffrance n’est pas que nous voulons que les choses soient différentes.

Ça viendrait plutôt du fait que nous n’acceptons pas ce que la vie nous propose…

Que nous n’acceptons pas ce qui arrive.

Et nous décidons que nous n’aimons pas ce qui se passe.

Nous l’avons jugé mauvais, plutôt que de nous dire :

« Ce n’est ni mauvais ni bon, c’est juste comme ça. »

Accepter semble pourtant facile.

Il suffit de dire « oui » à ce qui vient, « oui » à la vie.

Accepter de rater son bus, un collègue pénible, la pluie lors d’une balade, son enfant qui se comporte mal et tout ce qui empêche nos projets d’aboutir…

Mais comment faire quand ce qui se présente nous insatisfait, nous révolte, nous frustre ?

Face à des situations d’injustices, à la maladie ou à la mort.

Notre niveau d’acceptation peut très vite être dépassé.

Et bien entendu, il y a de part le monde des situations vraiment inacceptables…

Mais, dans la plupart des cas, l’acceptation est nettement préférable que de se mettre dans des états de frustration, de colères, de rancœurs, de haine, de découragement ou d’angoisse…

Ce n’est pas de la résignation, ni de la soumission et encore moins du renoncement.

Au contraire.

Car notre liberté réside dans notre capacité à accepter la réalité.

C’est une action volontaire de porter un regard lucide sur nos attentes et nos insatisfactions.

D’autre part, c’est un engagement de chaque instant que d’affronter ce que la vie nous présente.

Il en va de notre responsabilité.

L’acceptation est le point de départ d’un travail sur soi, d’un recentrage vers ce qui est bon pour nous.

Des études ont été faites qui nous montrent qu’à partir du moment ou on accepte les choses, la pression psychologique baisse considérablement.

C’est très libérateur…

Comme se débarrasser d’un poids sur la conscience.

Et qui nous redonne notre lucidité, notre discernement.

Si tu ne veux pas être la proie de tes attentes ou d’un jugement trop rapide, tu dois faire appel à ta vraie nature, ta nature intérieure.

Quand tu es sous le coup d’une impulsion face à un évènement qui te contrarie, prend le temps de respirer profondément et marque une pause.

Cette pause est indispensable pour te permettre de t’interroger.

Demande-toi ce qui est bon pour toi.

Est-ce que tes attentes sont réalisables ou même réalistes ?

Pourquoi te sens-tu insatisfait ou frustré ?

As-tu un contrôle sur les évènements ?

Il ne s’agit pas de savoir si ce qui arrive est bien ou mal mais de se dire « c’est là », « c’est comme ça ».

Car celui qui vit sous la pression de ses attentes, de ses désirs, d’un monde idéalisé qui n’arrivera jamais ne peut pas être libre.

Alors quand tu te surprendras à juger et à souhaiter autre chose, ce que nous faisons tous, essaye une approche différente :

Fais une pause, observe…

Et accepte.

Quand tu as accepté, agis en conscience avec discernement.

Après l’acceptation, il y a toujours l’action…

Le « oui » à la vie !

Si tu n’as aucun contrôle, accepter est la seule chose à faire pour ton bien-être.

C’est une forme de lâcher prise.

Dans le cas contraire, oublie tes vieux reflexes et engage toi dans une action adaptée au réel.

Ça pourrait t’amener à des résultats intéressants.

🙏✨😊

La méthode la plus simple pour vivre en pleine conscience, dans ta boite mail :

Suis-moi si tu es motivé(e) !

Si tu n’as pas peur d’être un peu secoué(e).

Et si tu es prêt(e) à faire un travail sur toi.

L’inscription permet de recevoir gratuitement mes emails privés et mes offres de formations en avant première sur la base légale de l’article 6.1.a du RGPD (consentement). Voir ma politique de confidentialité en bas de page. Tu peux bienheureusement te désinscrire à tout moment.