Ton ego n’est pas un ennemi à abattre !

A ton avis, qu’est-ce qui t’occupe l’esprit du matin au soir ?

Réfléchis quelques instants…

Je vais te le dire car j’ai bien connu ça :

  • Il y a les situations que tu aimes et celles que tu n’aimes pas…
  • Les gens que tu aimes et ceux que tu n’aimes pas…
  • Les objets que tu aimes et ceux que tu n’aimes pas…

Sans nous en rendre compte, la plupart d’entre nous passons notre temps à faire du tri.

On s’imagine que d’un côté, il y a nous, notre moi et de l’autre, tout ce qui nous est extérieur : les situations, les gens, les objets, les événements…

Et nous passons notre temps à juger, à catégoriser et à trier ces notions.

C’est une activité sans fin que tout le monde ou presque pratique en permanence.  

J’étais comme ça aussi avant.

Mais j’ai compris que c’était une véritable perte de temps et que ça cachait quelque chose…

Alors qu’est-ce qui peut bien nous pousser à faire ça ?

Si tu as grandi dans un cadre familial agréable et rassurant, tu as surement construit les fondations d’un ego solide et harmonieux.

Par contre, ton ego comporte certainement des failles si tu as manqué de sécurité affective.

Dans mon cas, une petite enfance désastreuse à cause d’un père autoritaire et brutal ne m’a pas permis de grandir d’une manière équilibrée.

Le même déséquilibre peut se créer dans l’enfance ou à l’adolescence.

Ce n’est pas quelque chose qui se voit forcément à l’âge adulte.

Ni qui se voit comme le nez au milieu du visage.

Et ce n’est pas inscrit sur le front non plus !

Ça ne fait de nous des personnes infréquentables.

Bien heureusement.

Mais ça vient souvent tout gâcher dans nos relations avec les autres ou dans certaines situations.

Car notre ego cherche constamment à maximiser ce qui lui semble agréable.

Il se crispe et s’agace contre tout le reste !

C’est de là que vient notre habitude de tout trier.

Rien de mal à ça en apparence.

Le problème, c’est que notre ego a tendance à en faire trop…

A en faire même beaucoup trop !

Un ego instable est toujours sur ses gardes.

Il a des craintes en permanence.

Il a peur de ce qu’il ne connait pas.

Il a besoin de se rassurer et pour ça, il est prêt au pire.

Il ne cherche pas à te faire du mal mais à te surprotéger.

Car il ne sait pas faire autrement…

Une personne te parait inquiétante et aussitôt ton ego sort les barbelés.

Ils dressent des barricades infranchissables face à cette personne.

Plus de dialogue possible.

C’est l’impasse…

Ou bien, il monte sur ses grands chevaux pour cacher ses craintes, sa peur.

Il attaque, devient agressif.

Et s’enferme dans des pensées stériles autant que négatives.

Ce sont principalement des pensées limitantes.

Qui limite ta liberté d’action et ta prise de décision…

L’ego crée les conditions de sa prison.

Evidemment, tu n’as pas les clés pour en sortir.

Et tous les jours, tu te retrouves dans des situations similaires et catastrophiques.

Une grande part de notre souffrance vient aussi des exigences de notre ego.

Il lui semble toujours que tu vaux mieux.

Que tu mérites mieux.

Que tu es plus malin que les autres…

Que tu es plus doué, plus capable, plus marquant que les autres.

Qui sait, c’est peut-être vrai…

Ce qui est certain, c’est que tu peux être aussi créatif, aussi ambitieux ou entreprenant que n’importe qui…

Mais ta personnalité a construit une zone de confort dans laquelle tu es confiné…

Et pour y rester, ton ego fera tout pour t’empêcher d’en sortir.

Pourquoi nous agissons ainsi ?

Parce que notre ego, nous-même, avons peur l’inconnu.

Tout ça, parce qu’on a tendance à rester fidèles à ce que nous connaissons.

On s’en tient à ce qui nous est connu et qui nous sert d’habitudes, de routine, plutôt que d’essayer autre chose.

Quitte à continuer à vivre avec nos souffrances.

Pas étonnant que nous nous sentions si mal dans notre peau.

On prend des airs de gens bien comme il faut…

De gens aimables.

Mais dés qu’on gratte le vernis, apparaît une zone de faille où règne la peur, l’angoisse et la souffrance.

Il y a des gens qui passent leur vie ainsi…

Jusqu’à leur dernier souffle.

Car plus les années passent, plus le mal empire.

Ce qu’on était capable de supporter à 25 ans devient insupportable à 50 !

Tu pourrais passer ta vie à lire tous les livres de développement personnel, à utiliser toutes les applications de bien-être ou de méditation du monde, à regarder des milliers de vidéos YouTube sur le bonheur, ce serait comme lire une recette de cuisine en guise de repas.

Tu ne serais pas beaucoup plus avancé…

Et c’est évident que tu aurais encore faim.

En plus, contrairement à tout ce qui est conseillé dans ces livres, applications ou vidéos, tu n’as pas besoin d’abattre ton ego pour vivre heureux.

Non, à la place, tu dois apprendre à le connaitre.

Tu dois apprendre à te connaitre.

De cette manière, tu pourras fortifier ton ego et l’équilibrer.

Tu dois devenir responsable de ta vie en passant à l’action.

Il y a une forme de méditation qui peut t’aider :

C’est celle que j’appelle la méditation libre, personnelle et surtout autonome !

Celle ou tu deviens ton propre guide et ton propre maître.

C’est indispensable pour effectuer le travail de reconstruction, de réassurance et de maîtrise de tes émotions.

Ça peut s’apprendre rapidement…

Mais peut durer plusieurs années pour l’appliquer selon l’emprise actuelle de ton ego.

Quand l’équilibre personnel s’installe, tu te libères de l’ego.

Il est toujours présent et joue son rôle.

Mais il a cessé d’en faire des tonnes et de te pourrir la vie.

Un ego fortifié te permet d’avoir suffisamment confiance en toi pour tisser des relations harmonieuses, faire des choix, construire ta vie… 

Commence par faire un travail de questionnement et d’observation…

Demande-toi si tu es vraiment tes pensées ?

Si tu es vraiment cette personne qui dresse des barbelés.

Tu cesseras progressivement de t’identifier à ton ego.

Tu ne perdras pas pour autant ta personnalité.

Bien au contraire, tu la libéreras.

Quand tu réalises que ton ego n’est pas un ennemi à abattre, tu ressens une présence libre et joyeuse…

En sortant de son emprise, tu peux même par le voir venir.

Tu le verras pointer le bout du nez, (très mal) caché derrière mille et une justifications mais tu ne lui laisseras plus le loisir d’agir.

Finit les émotions débordantes.

Le point de départ consiste à réaliser que la source de tous nos problèmes ou de notre bonheur se trouvent en nous.

On est sur le bon chemin quand on commence à voir les choses sous cet angle.

Le chemin qui mène à ses objectifs de vie…

Retrouve les derniers articles dans ta boite :